Fonctionnalité et durabilité de la laine mérinos

Schweizer Merinoschafe auf der Weise am Mont Soleil

Laine mérinos

Le terme "mérinos" fait référence à une race de mouton spécifique, originaire d'Afrique du Nord. Au Moyen-Âge, les premiers moutons mérinos sont arrivés en Espagne, puis en Australie et en Nouvelle-Zélande à la fin du 18e siècle, grâce aux colons espagnols. Ces deux pays sont aujourd'hui de loin les plus grands exportateurs de laine mérinos, suivis par l'Afrique du Sud et l'Argentine.
Les moutons mérinos sont tondus tous les 8 à 10 mois et donnent - selon la race et l'élevage - entre 2 et 4 kilogrammes de laine par mouton et par an.

Schweizer Merinoschaf auf der Weise am Mont Soleil

Fonctionnalité de la laine mérinos

La laine mérinos est une fibre miracle. Ses propriétés fonctionnelles, très appréciées des sportifs de plein air - et que nous aborderons plus en détail dans cette section - reposent uniquement sur la structure des fibres de mérinos. Celles-ci sont très fines, douces, fortement frisées, écaillées et élastiques. Mais reprenons les choses dans l'ordre :

Grand confort de port


La laine mérinos est connue pour son grand confort et pour le fait qu'elle ne gratte pas, contrairement à la laine ordinaire. Cela s'explique par la finesse de ses fibres. La laine mérinos a une épaisseur moyenne de fibres de 16,5 à 24 microns (= micromètre = millième de millimètre). À titre de comparaison, les cheveux humains ont un diamètre d'environ 30 microns.

La laine de mouton "normale" est environ deux fois plus épaisse que la laine mérinos. Les fibres mérinos très fines ne touchent pas la peau de l'utilisateur, ce qui fait que la laine mérinos ne gratte pas.

Isole bien du froid et aussi de la chaleur

Les fibres de mérinos sont fortement frisées et peuvent présenter jusqu'à quarante frisures par centimètre. De ce fait, les différentes fibres d'un tissu sont relativement lâches les unes sur les autres et de l'air est emprisonné dans les espaces ainsi créés. Cet air emprisonné est un excellent isolant contre le froid et la chaleur.


Grâce aux nombreuses ondulations de la laine mérinos, il y a également moins de points de contact entre le tissu et la peau, ce qui permet d'évacuer moins de chaleur du corps.

Régule l'hydratation et la température corporelle

La laine mérinos peut absorber jusqu'à 30% de son poids sec en humidité sans donner l'impression d'être mouillée. Les fibres mérinos sont capables de fixer l'humidité sous forme de vapeur d'eau et d'éloigner ainsi l'humidité de la peau. L'humidité est alors stockée dans ou entre les fibres, tandis que la surface des fibres reste sèche.


Si l'humidité s'évapore par temps chaud, il en résulte un refroidissement par évaporation. Cela rend le port de vêtements en mérinos très agréable, même en été.

Réchauffe à l'état humide

La propriété des fibres mérinos d'absorber l'humidité s'avère également très positive par temps froid. Alors que la vapeur d'eau est liée à l'intérieur des fibres, la surface des fibres reste sèche et repousse l'eau. Une sensation sèche est une condition importante pour un confort climatique élevé.


Grâce à un processus dit exothermique, les fibres mérinos génèrent en outre de la chaleur lorsqu'elles absorbent de l'humidité (chaleur dite d'absorption). Ce processus fonctionne jusqu'à ce que les fibres soient saturées et ne puissent plus absorber de molécules d'eau.

Neutralise les odeurs

Une autre propriété relativement connue de la laine mérinos est son effet neutralisant sur les odeurs. Les fibres de laine ont une surface écailleuse sur laquelle les bactéries responsables de la formation de mauvaises odeurs ont du mal à s'accrocher. De plus, la protéine fibreuse de la laine, appelée kératine, décompose les bactéries sur la peau. Moins de bactéries = moins d'odeurs.

Se nettoie tout seul

La laine mérinos a une fonction autonettoyante intégrée. L'intérieur de la fibre de laine est composé de deux types de cellules différents, qui peuvent absorber l'humidité de manière différente. Ainsi, les deux types de cellules gonflent différemment lorsqu'elles absorbent l'humidité, ce qui provoque un processus de frottement mécanique. Ce processus de friction permet à la fibre mérinos de s'auto-nettoyer, en particulier par temps humide. C'est pourquoi les vêtements en mérinos ne doivent pas être lavés aussi souvent que les vêtements "normaux" et peuvent être portés longtemps.

Difficilement inflammable

La laine mérinos est difficilement inflammable par rapport aux textiles synthétiques. C'est pourquoi, contrairement à une fibre synthétique qui s'enflamme rapidement, il est moins délicat qu'un morceau de braise touche le t-shirt lors d'un feu de camp.

Haute protection contre les UV

La laine mérinos protège bien les moutons et donc aussi les porteurs de vêtements mérinos contre les rayons UV et les coups de soleil.


Pas très résistant à la déchirure


En ce qui concerne les inconvénients fonctionnels de la laine mérinos, une seule chose nous vient à l'esprit : la fibre n'est pas très résistante à la déchirure. Il faut donc faire attention lorsqu'on l'enfile ou la retire, surtout lorsqu'elle est humide. De même, lors du lavage, nous recommandons de placer les vêtements en mérinos dans un sac de lavage pour les protéger des fermetures éclair d'autres vêtements, etc.


Conclusion


D'un point de vue fonctionnel, la laine mérinos obtient presque le maximum de points en raison de toutes les propriétés mentionnées ci-dessus. La laine mérinos est un miracle de la nature que même les techniques et les produits chimiques les plus modernes ne peuvent égaler.


Mais qu'en est-il de la durabilité de la laine mérinos ? Tu découvriras dans la prochaine section si cette fibre naturelle obtient d'aussi bons résultats que pour la fonctionnalité et quelle est la part de nature contenue dans la laine mérinos.

Schweizer Merinoschaf auf der Weise am Mont Soleil

Durabilité de la laine mérinos

Commençons par le positif :

Faible consommation d'énergie et d'eau


La production d'un T-shirt en laine consomme environ 20% d'énergie en moins qu'un T-shirt synthétique comparable et 70% d'eau en moins qu'un T-shirt en coton. Dans le contexte actuel de pénurie généralisée d'énergie et d'eau, c'est très précieux.


Facile à teindre


La laine mérinos est relativement facile à teindre, ce qui réduit l'utilisation de produits chimiques et d'énergie. La série ROTAUF Bio Merino est teinte selon le strict Global Organic Textile Standard (GOTS) et est donc exempte de substances nocives même après la teinture.

Biodégradable


En tant que matière naturelle, la laine est 100% biodégradable et ne contribue donc théoriquement pas à la pollution de l'environnement par les microplastiques. Mais attention ! Dans la pratique, la laine mérinos est souvent tellement traitée chimiquement et mélangée à des fibres synthétiques qu'on ne peut plus vraiment parler de matière naturelle... Plus d'informations à ce sujet dans la partie négative ci-dessous.


Recyclable


La laine est recyclable et peut être utilisée pour de nouveaux fils ou matériaux de rembourrage. En Europe, c'est surtout le district textile italien de Prato qui s'est fait un nom dans le recyclage des produits en laine.

Doit être lavée moins souvent


Comme décrit ci-dessus dans les propriétés fonctionnelles, la laine mérinos est autonettoyante et neutralise les odeurs. Les vêtements mérinos doivent donc être lavés moins souvent que les vêtements conventionnels. Cela permet d'économiser de l'eau et de l'énergie.


Matière première renouvelable


Contrairement aux fibres synthétiques à base de pétrole comme le polyester ou le polyamide, la laine mérinos est une matière première renouvelable. Tout ce qu'il faut pour "produire" de la laine mérinos, c'est un mouton, de l'air frais, de l'eau et de l'herbe. C'est tout simple.


Ces aspects positifs sont malheureusement contrebalancés par de nombreux aspects négatifs. Examinons-les d'un peu plus près :

Mauvaise performance climatique


Comparée à d'autres matières premières textiles, la laine mérinos présente un bilan climatique relativement mauvais. Un mouton produit près de 5 kilogrammes de méthane par an. Sur 100 ans, le méthane a 28 fois plus d'impact sur le climat que le CO2. La production de laine mérinos entraîne ainsi des émissions de gaz à effet de serre deux fois plus élevées que la production de fibres synthétiques.


Fun Fact : environ 12% des émissions de gaz à effet de serre de la Nouvelle-Zélande proviennent des moutons.

Utilisation de produits chimiques


La laine naturelle feutre et rétrécit lorsqu'elle est lavée en machine. C'est pourquoi la laine mérinos doit être spécialement traitée pour être lavable en machine. La laine est alors soumise de manière standard à un traitement dit "superwash". Afin d'éviter que les écailles de la laine ne s'accrochent les unes aux autres lors du lavage et que la laine ne s'emmêle, les écailles naturelles sont décapées à l'aide de composés chlorés. Cependant, ces composés chlorés sont hautement explosifs et laissent des résidus de composés AOX dangereux dans les eaux usées. Les AOX sont un groupe de composés chimiques spéciaux qui sont dangereux pour l'homme et la nature.


Après le traitement au chlore, la laine est en outre recouverte d'une couche de plastique afin de la rendre la plus résistante possible. L'équipement de superlavage le plus courant utilise à cet effet un plastique appelé "polyamide-épichlorohydrine". Comme le suggère la partie "-chloro-" du nom de ce plastique, celui-ci est également composé en partie de chlore.

Depuis le lancement de la série Bio Merino en 2017, ROTAUF renonce pour ces raisons à un traitement Superwash avec traitement au chlore et revêtement plastique. Nous utilisons à la place un procédé doux appelé EXP. Ainsi, notre laine peut également être lavée en machine - mais "seulement" à 30°C et avec une bonne lessive pour laine.

Mulesing et Sheep Dipping


Certaines races de moutons mérinos sont élevées avec le plus grand nombre possible de plis cutanés, afin que la surface de peau soit la plus grande possible et que plus de laine y pousse par mouton. Des asticots peuvent se loger dans ces plis de peau, surtout autour de la queue des moutons. Pour éviter cette infestation d'asticots, les plis de la peau des moutons autour de la queue sont souvent enlevés sans anesthésie. Cette pratique cruelle pour les animaux est appelée mulesing et est aujourd'hui surtout pratiquée en Australie. En Nouvelle-Zélande, le mulesing est interdit depuis 2018 et l'Amérique du Sud est également considérée comme exempte de mulesing, car ces mouches gênantes n'y sont pas présentes.


Une autre pratique courante pour prévenir l'infestation parasitaire des moutons est le "sheep dipping". Elle consiste à immerger des moutons dans une cuve de pesticides/désinfectants à l'aide de machines spécialement conçues à cet effet ou à les faire passer par des bains de pesticides.

Afin de garantir que les moutons qui "donnent" leur laine pour les vêtements ROTAUF puissent vivre dans des conditions adaptées à leur espèce et sans traitements cruels envers les animaux, nous utilisons de la laine mérinos issue de l'élevage biologique contrôlé (kbT). Ce standard se base sur les directives européennes pour l'agriculture biologique et interdit aussi bien le mulesing que le sheep dipping.

Utilisation des terres et dégradation des sols


Dans de nombreuses régions du monde, les forêts sont déboisées pour créer des pâturages pour les animaux. S'il y a trop d'animaux par surface de pâturage disponible, il peut y avoir une dégradation des sols, une érosion et une perte de biodiversité à cause de ce que l'on appelle l'"overgrazing".


Là encore, le standard bio permet de remédier à cette situation en réglementant la taille et la régénération des surfaces de pâturage.


La laine mérinos est souvent mélangée à des fibres synthétiques


En raison de la robustesse relativement faible des fibres mérinos et pour faciliter l'entretien, celles-ci sont souvent mélangées à des fibres synthétiques. Cela peut avoir un effet positif sur la robustesse et la durée de vie des textiles en mérinos, mais contribue à la pollution de l'environnement par les microplastiques et empêche les textiles de rester biodégradables ou recyclables.

Longues distances de transport

Comme décrit précédemment, la laine mérinos vient généralement de loin : l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et l'Argentine sont les plus grands exportateurs de mérinos au monde. Avec les différentes étapes de transformation, chaque T-shirt peut rapidement totaliser 40'000 kilomètres de transport. 

En raison du traitement régional de la laine mérinos (tricotage, teinture, couture en Suisse), ces valeurs sont nettement plus basses chez ROTAUF, mais nos vêtements en soie mérinos accumulent également environ 10'000 kilomètres de transport sur l'ensemble de la chaîne de création de valeur. Afin de réduire cette distance, nous sommes toujours à la recherche d'alternatives en mérinos plus locales. Avec la laine mérinos suisse et la laine mérinos espagnole, nous proposons désormais deux alternatives de ce type dans certains produits et nous espérons pouvoir continuer à augmenter la part de laine mérinos locale au cours des prochaines années.

Conclusion

Les avantages fonctionnels et écologiques incontestés de la laine mérinos sont contrebalancés par une série d'inconvénients écologiques et de méthodes cruelles pour les animaux.

Alors que l'utilisation de laine mérinos issue de l'élevage biologique contrôlé et de procédés d'apprêt et de teinture respectueux de l'environnement nous permet de maîtriser nombre de ces inconvénients, il reste encore quelques défis majeurs à relever, notamment en ce qui concerne le mauvais bilan climatique de la laine mérinos et les longues distances de transport.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Tout

Tout